Histoire - Fermes Ali Sfar (FAS)
HISTOIRE
LA CULTURE DE L'OLIVIER

La culture de l’olivier est une pratique millénaire qui remonte à l’Antiquité. Les oliviers étaient déjà cultivés en Mésopotamie il y a plus de 6 000 ans, pour être introduits par la suite dans le bassin méditerranéen. Depuis, l’olivier est devenu un des éléments essentiels de la culture et de l’histoire de la Tunisie.

Cette tradition transmise de père en fils remonte donc à plusieurs civilisations dont les phéniciens, les carthaginois, les grecs, les Romains et les Arabes, qui ont tous laissé leurs empreintes en prenant beaucoup de soins à protéger et améliorer la culture de l’olivier en tant qu’arbre mais également pour extraire une huile de qualité nutritionnelle qui se bonifie avec le temps.

Le fondateur Mr. Ali Sfar
Les filles Sfar, Amina, Donia et Myriam
LA FAMILLE SFAR
Mohamed Hassine Sfar en compagnie de sa mère Khadouja Sfar
DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION

Au 7ème siècle, les Musulmans andalous (Morisques) s’installèrent en Tunisie, profitant des opportunités de l’époque pour acquérir des fermes et cultiver des oliviers, parmi eux les fermes Ali Sfar qui furent pour longtemps la propriété des andalous avant d’être achetées par la famille Sfar.

Le domaine Fermes Ali Sfar

Fondée en 1970 et passée à travers trois générations, Fermes Ali Sfar ( « FAS » ) est une entreprise familiale spécialisée dans la production et la commercialisation de produits agricoles biologiques, notamment dans la production oléicole, l’élevage bovin, ovin, avicole et la production végétale diverses et ce selon le respect des normes biologiques exigées par les organismes certificateurs.

fr_FRFrançais
Retour en haut

Au fil des ans, la Tunisie est devenue l’un des plus grands producteurs et exportateurs    d’huile d’olive au monde. Ainsi, l’olivier est à présent profondément ancré dans la culture, l’économie et le paysage tunisien, représentant à la fois un héritage historique et une ressource vitale pour le pays

Au cours des dernières décennies, la culture de l’olivier a connu des évolutions importantes en continuant à développer des pratiques agricoles durables et résilientes, qui permettront de maintenir la culture de l’olivier pour les générations à venir.



Depuis, la culture de l’olivier a été transmise de génération en génération, en tant que savoir-faire ancestral et patrimoine familial. Ainsi, nos ancêtres ont cultivé des oliviers pendant des siècles, transmettant leurs connaissances et leurs techniques de culture de père en fils. Cette transmission intergénérationnelle a permis de préserver les pratiques traditionnelles de culture de l’olivier, y compris les méthodes de taille, la sélection des variétés d’oliviers adaptées aux conditions locales, l’observation des signes de maturité des olives, et même les célébrations et rituels liés à la récolte des olives. En effet, Notre grand-père Hassine Sfar a su transmettre sa sagesse et son savoir-faire à notre père Ali Sfar, à qui nous avons voulu rendre hommage en prêtant son nom à notre entreprise. Ayant grandi parmi les oliveraies et travaillant aux côtés d’agriculteurs expérimentés, notre père a développé un lien profond avec l’oléiculture et a été initié à ses secrets et ses subtilités. Suite à son décès en 1984, notre mère Khadouja Sfar a pris la relève et a continué à suivre ses traces en prenant soin des oliviers et en veillant à leur santé, leur nutrition et leur protection pour favoriser une croissance optimale et une production abondante d’olives. En 2010, elle nous a transmis le flambeau ; nous ses quatre enfants Amina, Donia, Myriam et Mohamed Hassine qui représentons la génération d’aujourd’hui, pour continuer à honorer la tradition tout en adoptant les innovations modernes pour produire des olives et des huiles d’olive d’une qualité exceptionnelle.

En somme, ces connaissances transmises de génération en génération ont contribué non seulement à la préservation de la culture de l’olivier mais ont été aussi complétées par de multiples innovations telles que, des techniques agricoles modernes et des technologies afin d’améliorer la productivité et la qualité de notre huile d’olive.

FAS possède trois fermes certifiées bio qui s’étendent sur plus de 500 hectares contenant 25000 pieds d’oliviers. La première ferme au nom de « Chwariya » se trouve à Boumerdes, une ville du Sahel tunisien située à 32 kilomètres à l’ouest de Mahdia. La deuxième ferme est nommée « Beni Darraj » localisée à Zriba au pied du djebel Zaghouan.  Quant à la troisième ferme et la plus grande, elle est située au nord-est de la Tunisie dans la vallée de « Oued el Kenz » à 20 km de Zaghouan, une ancienne ville romaine réputée pour ses sources aux eaux pures et convoitées, autrefois source d’approvisionnement des eaux de Carthage et d’irrigation des terres agricoles par la voie des aqueducs dont on peut encore admirer les vestiges spectaculaires.

La ferme « Oued el Kenz » qui est la ferme principale est équipée d’un moulin authentique et à meule en pierre pressant les olives à la manière traditionnelle veillant au respect et à la maitrise de la production selon les normes biologiques. Cela témoigne de notre engagement envers des pratiques agricoles durables et de notre souci de produire des aliments sains et de haute qualité.